12.06.2011

Mon Papa

Un texte de juin 2008, il m'en a fallu du temps pour l'écrire

Mon papa,

Pourquoi t’es-tu endormi 

A l’aube de ma vie.

Orpheline est un nom

Qui a garni mon landau.

Six mois, c’est peu !

Mes yeux te découvraient,

Ma bouche gourmande

Ne savait que téter,

Pas encore embrasser.

(Que dire de mon pauvre frère

qui est naît six mois plus tard,

nous n'en parlons jamais.)


Te chercher si longtemps !

100_2677


Cet autre père,

Le mari de ma mère,

N’a jamais pu,

N’a jamais su

être toi.

Je ne t’ai pas reconnu

A travers mes révoltes.

J’ai nié si souvent ta semence,

Naître du néant

Fut ma terrible défense.


Les années ont filé,

Ma vie s’est installée.

100_2719
rosier de Provence, Chapeau de Napoléon 

Mais aujourd’hui,

Après tout ce temps,

enfin je te rencontre.


Chaque part de toi,

Transmise à mes enfants,

Tes petits enfants.

Et dans ce puzzle

Tout reconstruire,

La voix d’un fils,

Les yeux d’une fille,

Une oreille juste un peu plus petite

Le caractère trempé

D’une petite fille,

Un sourcil plus arqué,

Une mimique rieuse,

Un épi dans les cheveux,

La fibre artiste livrée

De génération en génération.


Tu as toujours été là,

Au plus profond de moi,

 Mais, aujourd’hui, enfin,

Le puzzle est devenu vivant.

100_2684

Bonne fête Papa !


Belle journé à vous!

07:48 Publié dans CONTES, TEXTES, LEGENDES, Fête des Pères, FÊTES, Mon Papa | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |  Imprimer | |

Les commentaires sont fermés.